Parole d'expert

Funky topo : ce que l’alcool fait à notre corps

Ce Funky Topo a été réalisé grâce aux précieux conseils de notre diététicienne-nutritionniste : Alicia Sicardi.

En plein milieu des fêtes de fin d’année, et avec les nombreux repas de famille qui se suivent, ça fait beaucoup de verres pour trinquer… Ce Funky Topo pour mieux comprendre ce que l’alcool fait à notre corps tombe donc à pic 🙂

L’alcool, version scientifique : Qu’est ce que “l’alcool éthylique” ?

Derrière cette formule compliquée, ce sont des sucres de végétaux qui ont été fermentés. Par exemple, le sucre du raisin forme le vin : on parle de fermentation alcoolique. Donc, le petit nom chimique de l’alcool c’est… l’éthanol !

En alimentation, il est classé dans la famille des “xénobiotiques”. Vous reconnaissez peut-être ce “xéno”, qui signifie “étranger”. Parce que justement, l’alcool est un élément provisoirement présent dans le corps mais qui lui est étranger. Et en tant qu’élément “extérieur”, il est susceptible de lui causer des troubles plus ou moins importants.

Où en trouve-t-on ?

Dans toutes les boissons alcoolisées : les vins, les champagnes, les bières, les cidres, les alcools forts (Whisky, Gin, Vodka, Rhum…), les liqueurs, les digestifs (Calvados, Armagnac…), les cocktails alcoolisés, etc.

Les proportions d’alcool varient selon la dilution de cet alcool mais il y en a dans toutes ces boissons… et son effet sur la santé est toujours le même !

Pour info :

Source : http://jeunes.alcool-info-service.fr/alcool/boissons-alcoolisees#.XBpGsc9Ki1t

Que se passe t-il quand on consomme de l’alcool ?

Un itinéraire sans escale. L’alcool n’a pas besoin d’être digéré (transformé, découpé par l’organisme…) avant d’être absorbé. En fait, il passe directement dans le sang depuis la bouche, l’œsophage, l’estomac et l’intestin.

Le foie, la douane de l’alcool. Une fois dans le sang, il est envoyé au foie qui va l’oxyder : le transformer en une autre molécule inoffensive pour le corps. Mais lors de son passage dans le foie, ce dernier ne peut pas traiter d’un coup toute la quantité d’alcool apportée. L’alcool rejoint alors la circulation générale et gagne toutes les cellules du corps.

Avec le temps, une petite partie est éliminée (5 à 10 %) par les reins, la sueur, la salive et la respiration sans être métabolisée. L’autre partie est envoyée petit à petit au foie pour qu’il la métabolise (= oxyde, transforme) jusqu’à élimination totale. Ce processus est plus ou moins long en fonction du sexe, de la quantité d’enzyme du foie, etc.

Comment le foie transforme l’alcool ?

Dans le foie, l’alcool qui est de base toxique pour le corps, va être transformé en autre chose d’inoffensif. Cela se décompose en deux étapes :

  • l’alcool est transformé en acétaldéhyde (composé très toxique) ;
  • puis l’acétaldéhyde en acétate (= acide acétique), une molécule inoffensive. Qui sera elle-même transformée en acétyl-CoA, une molécule utilisée dans les différents métabolismes du corps.

Ce mécanisme de détoxification engendre la production de certains produits secondaires qui ont différents effets (peu sympathiques) :

  • ils activent la formation des graisses (on stocke du gras)
  • … mais aussi la synthèse du “cholestérol endogène” (on augmente son taux de cholestérol) ;
  • et ralentissent les processus de stockage du glucose (on augmente le taux de sucre dans le sang).

Vous ne voulez pas boire ce soir ? Voici quelques impacts de l’alcool sur le corps qui vont vous conforter !

Sur le cerveau :

  • D’abord, l’alcool commence par déclencher la sécrétion de dopamine — la fameuse impression de bien-être, d’euphorie.
  • Ensuite, il inhibe l’activité du cerveau : s’ensuivent fatigue, “coup de mou”, diminution de l’attention, de la coordination des mouvements, des réflexes, de l’élocution et des facultés visuelles…
  • De plus, l’alcool perturbe les centres du sommeil. La phase de sommeil paradoxal (réparateur) est diminuée, le sommeil est donc bien moins efficace.
  • Enfin, si vous consommez trop d’alcool, vous pouvez être sujet à des black-out, c’est-à-dire des troubles de mémoire, et à une somnolence qui peut conduire à un coma éthylique.

Sur le foie :

C’est le foie qui détoxifie l’alcool, et on peut lui être reconnaissants ! Le problème, c’est qu’en faisant ce travail il produit un composé toxique : l’acétaldéhyde. À long terme, ce dernier peut causer une fibrose, une cirrhose et même un cancer… À court terme, il est en partie responsable des maux de tête, et de la fameuse « gueule de bois ».

Sur l’estomac :

L’alcool stimule la paroi gastrique, qui va donc sécréter plus d’acide. À forte dose, cela abîme la paroi de l’estomac et provoque des douleurs. Même avec une toute petite quantité d’alcool, la paroi peut être irritée. Résultat : des nausées et des contractions de l’estomac qui peuvent entraîner des vomissements. Si la consommation est régulière, cela peut provoquer une gastrite.

Sur l’hydratation du corps :

L’alcool empêche le fonctionnement d’une hormone anti-diurétique (la vasopressine). Du coup, il fait aller aux toilettes très fréquemment. On a une élimination d’eau excessive : on urine plus, mais on ne se réhydrate pas ! Cette déshydratation provoque les maux de tête, mais aussi de la fatigue et des douleurs (essentiellement dans le dos et la nuque). Voilà pourquoi on recommande de boire au moins un verre d’eau par verre d’alcool consommé !

Sur le cœur :

Même une très faible quantité d’alcool engendre une augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle (c’est l’inverse à haute dose), une dilatation des vaisseaux sanguins sous la peau (cause des rougeurs) et une perte de chaleur, c’est-à-dire une diminution de la température corporelle (il est donc dangereux de boire pour se réchauffer en cas de basses températures) !

Sur les intestins :

L’alcool, par différents processus physiologiques, entraîne une irritation des parois de l’intestin. D’où la possibilité d’avoir la diarrhée 🙂

Sur le poids :

L’alcool contient 7,1 kilocalories par gramme, ce n’est pas rien ! Et, les boissons alcoolisées sont souvent couplées à l’ajout de sirop, de jus de fruits etc, qui sont très sucrés. Enfin, l’alcool ouvre l’appétit (que celui qui n’a jamais mangé un plat de pâtes en rentrant de soirée se dénonce)… donc l’accumulation de calories !

Les risques d’une consommation courante et excessive :

Baisse de l’appétit, amaigrissement, tremblements, fatigue chronique, rougeurs, hypertension artérielle, maladie de la goutte, baisse de la libido, problèmes dermatologiques… Plein de choses dont on n’a pas très envie !

On ne le répétera jamais assez : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et est à consommer avec modération 😉

Pour en savoir plus :

Laissez-nous un commentaire